Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

126 articles avec psychologie reflexions

L ORTHOREXIE

Publié le par Tropiquirinha

ARTICLE TIRE DE PSYCHOLOGIE.COM

l n’est pas nécessaire d’avoir une bande d’amis hypocondriaques : autour de vous, combien de personnes ont adopté une tendance alimentaire privative ? Lui ne touche plus à ce qui vient du pis de la vache. Elle a renoncé au gluten et fait croire qu’elle est allergique. Eux ne veulent plus manger de sucre raffiné ou de viande rouge. Ils se sont multipliés, ceux qui sont persuadés que leur santé, présente et à venir, repose sur leur alimentation. Bien sûr, depuis une vingtaine d’années, nous en sommes tous convaincus. Mais cette conviction a entraîné un nouveau désordre du comportement alimentaire que les médecins appellent « orthorexie » (du grec orthos, « droit, correct », et orexis, « appétit »).

« L’aliment est perçu comme un médicament »

A découvrir

Comprendre nos désordres alimentaires

Avec le livre de Patrick Denoux : Pourquoi cette peur au ventre ? (Lattès, 2014).

L’orthorexie n’est pas du même ordre que la boulimie ou l’anorexie. Les personnes qui souffrent de ces dernières bataillent avec la quantité d’aliments qu’elles avalent : trop ou pas assez. L’orthorexique, lui, a un problème avec la qualité de ce qu’il mange. « Se nourrir, pour lui, c’est se soigner, et tout aliment est un alicament, selon Gérard Apfeldorfer, psychiatre spécialiste du comportement alimentaire. Sa recherche de “sain” l’a conduit à écarter bon nombre d’aliments qu’autrefois il considérait comme savoureux, mais qu’il conçoit désormais comme des poisons. » Dans ses excès, l’orthorexique peut par exemple ne manger que des fruits ou des légumes cueillis moins de quinze minutes avant d’arriver dans l’assiette, de peur qu’ils perdent leurs nutriments. Ou faire douze mini-repas par jour et les accompagner de compléments alimentaires. Nous n’allons pas jeter la pierre à ceux qui respectent suffisamment leur corps pour ne pas le gaver, le négliger, l’encrasser. Toutes les études prouvent qu’une alimentation saine est un gage de vie qui l’est tout autant.

« Notre corps devient un temple »

A découvrir

Testez-vous

Votre assiette vous angoisse-t-elle ? Nous sommes de plus en plus nombreux à nous soucier de ce que nous mangeons. Et de plus en plus nombreux à vouloir manger différemment. Adeptes du régime no glu, végétariens, produits lights, alimentation bio…, les pratiques se diversifient. Mais elles ne répondent pas toutes aux mêmes exigences. Quelles exigences mettez-vous dans votre assiette ? Faites le test.

« Quoi que l’on dise concernant les difficultés et les souffrances liées au comportement orthorexique, cela ne doit pas nous enlever de l’esprit que le risque alimentaire existe véritablement », prévient le professeur Patrick Denoux. Mais le danger commence, comme pour tous les régimes, lorsque ce souci se transforme en obsession et nous isole du monde réel. Et ce, dès lors « que notre corps devient un temple, le lieu de toutes les adorations », précise Gérard Apfeldorfer. Bien sûr, la plupart d’entre nous en sont loin. Mais la tendance est là et la bascule rapide. Anne-Hélène, 37 ans, a toujours veillé à ce que ses enfants se nourrissent sainement. Cela a commencé par des préparations bio pour bébés, puis elle s’est mise à cuisiner elle-même pour être sûre de ce qu’ils mangeaient. Et c’est devenu obsédant. « Deux faits m’ont obligée à m’interroger, raconte-t-elle : une violente colère contre ma fille de 3 ans que j’avais surprise s’empiffrant de bonbons ; et l’envie d’aménager mon temps de travail pour continuer à les nourrir plutôt que de les envoyer à la cantine. Là, mon mari m’a dit que je devenais folle. Il a fallu que je lâche du lest. »

Jacques, 56 ans, lui, a basculé dans l’orthorexie après un séjour de jeûne : « Quand j’en suis sorti, j’avais une énergie incroyable et une formidable fierté d’y être arrivé ! Et surtout, je me sentais comme si j’étais intérieurement tapissé d’une moquette blanche. Brusquement, il m’est devenu impossible d’avaler quoi que ce soit qui me donne la sensation de la salir. Je ne mangeais plus rien de transformé, cela devenait l’enfer. Sans m’en rendre compte, je refusais toutes les invitations à dîner pour ne pas m’“abîmer”. Puis, on a fini par ne plus m’inviter. C’est un ami qui a sonné l’alerte en me démontrant que je n’avais plus aucun lien social et que ma satisfaction de bien manger m’isolait totalement. »

Partager cet article

DANGER DU MICRO ONDE

Publié le par Tropiquirinha

Présents dans plus de 70 % des cuisines Françaises et pratiquement dans tous les foyers en Amérique du Nord, le four à micro-ondes jouit d’une très grande popularité, due à son aspect pratique et peu onéreux. Mais que se cache-t-il derrière cette apparence d’aide au bien-être?

 

L’histoire du four à micro-ondes

Lors de la guerre 1940-1945 on a constaté, dans les usines fabriquant les radars, que ceux-ci réchauffaient les mains des ouvriers y travaillant aux essais. Certains esprits astucieux utilisèrent ces propriétés des micro-ondes pour chauffer leur thé. La guerre s’achevant, les fabricants US de magnétrons destinés à la fabrication de radars, se sont trouvés face à un important stock dont ils n’avaient plus besoin… L’ingénieur américain Percy Spencer emballa ces ondes dans une boîte, en utilisant les magnétrons inutiles, et le four à micro-ondes était né, puis breveté en 1945. La mise au point et la commercialisation des fours à micro-ondes résultent de besoin d’écoulement des surplus militaires américains…

Lorsque les premiers fours à micro-ondes sont arrivés sur le marché, il y a eu au début, quelques sceptiques quand à la sécurité des machines. Mais la commodité et la facilité d’utilisation pour l’utilisateur l’emportèrent sur la prudence et de plus, en cette période d’après-guerre, tous produits nouveaux en provenance des USA, bénéficiait d’une aura d’avancée technologique certaine…
micro-ondesC’est ce qui explique pourquoi nous nous sommes tellement habitués à utiliser ces appareils sur une base quotidienne pour se réchauffer notre nourriture qu’il est presque inconcevable de revenir à l’ancienne méthode du four de la cuisinière. Mais la vérité, c’est que c’est exactement ce que vous devriez être en train de faire…

L’avenir des fours à micro-ondes semble bien incertain, en particulier aux USA et au Japon où ils seraient passés de mode. Des recherches sont faites pour mettre au point des fours à vapeur, inventés par le physicien Désiré Yovanovitch, plus ou moins basé sur le principe de la cocotte-minute. Une toute nouvelle technique utiliserait la vapeur libre ou « vapeur douce », sans pression. La cuisson des aliments se ferait encore plus rapidement. Ces matériels sont encore onéreux pour l’usage domestique. Ils sont néanmoins au point pour les professionnels.

Principe de fonctionnement

Dans un four à micro-ondes, des ondes électromagnétiques à haute fréquence produites par un émetteur (magnétron), pénètrent dans l’aliment et excite ses molécules en des oscillations hyper-rapides. Il en résulte de la chaleur de friction.
micro-ondesLa fréquence des fours industriels et ménagers est de 2450 Mégahertz – soit 2,45 Giga-Hertz, soit une longueur d’onde de 12 cm. Sous l’action de ces ondes, les molécules d’eau contenues dans les aliments placés dans ces fours changent d’orientation 2.450.000 fois par seconde, d’où l’échauffement suite aux frottements intenses consécutifs.

Ces micro-ondes particulières concernent essentiellement – outre les fours – les radars de surveillance et les satellites et relais TV (UHF). On les utilise également pour le préchauffage des matières plastiques.Les molécules étant agitées quatre milliards et demi de fois à la seconde.

Action directe des micro-ondes sur le vivant

1. Effets sur les aliments

Parmi toutes les matières, l’hydrogène de l’eau réagit avec une sensibilité extrême. La chaleur produite par les micro-ondes rayonne de l’intérieur principalement là où se trouve de l’eau. Avec un effet thermique et un autre athermique. Sous l’influence de ces deux effets conjugués, les molécules sont éclatées, leurs structures déformées et leur fonction naturelle détournée. Ces molécules d’eau ne présentent plus la même disposition physique spatiale, l’angle de liaison hydrogène étant perturbé de 30 % environ. (Prof. Marc Henry Strasbourg.) Et cette eau devient définitivement bio-incompatible (même quand l’eau a refroidi) comme l’ont démontré des tests sur végétaux (Dr Ohlmann pour CIRDAV Strasbourg) de même que des tests sur animaux (Prof. Rostan Lyon) ou encore des tests de résistance musculaire sur humains (kinésiologie). Le biophysicien Garel P.J. quant à lui, dit que les micro-ondes changent le spin de l’électron, c’est-à-dire la charge électromagnétique ce qui la rend biologiquement incompatible.En clair : impropre à être consommée !

Synthèse de nombreuses études sur le sujet:

  • La nourriture chauffée aux micro-ondes perd de 60 à 90 % de son champ d’énergie vitale et les micro-ondes accélèrent la désintégration structurelle des aliments.

  • Les micro-ondes créent des agents causant le cancer dans le lait et les céréales.

  • Les micro-ondes altèrent les substances élémentaires des aliments, causant des désordres digestifs.

  • Les micro-ondes altèrent la chimie des aliments, ce qui peut mener à des dysfonctionnements du système lymphatique et des dégénérations des capacités du corps à se protéger lui-même contre des croissances cancéreuses.

  • La nourriture chauffée aux micro-ondes amène un plus grand pourcentage de cellules cancéreuses dans le flot sanguin.

  • Les micro-ondes altèrent la rupture des substances élémentaires quand des légumes crus, cuits ou congelés sont exposés aux ondes, même pour un très court laps de temps, et que les radicaux libres se forment.

  • La nourriture chauffée aux micro-ondes cause des croissances cancéreuses stomacales et intestinales, une dégénération générale du tissu cellulaire périphérique, et une destruction graduelle des systèmes digestif et excrétoire chez un pourcentage statistiquement élevé de personnes.
    La nourriture chauffée aux micro-ondes diminue la capacité du corps à utiliser les vitamines du complexe B, la vitamine C, la vitamine E, les minéraux essentiels et les lipotropiques.

  • La plupart des micro-ondes ont des fuites, des ondes électromagnétiques s’échappent des portes : ce qui est réellement nocif pour la cuisinière., vous vous en doutez !

2. La dénaturation des aliments

La cuisson au four à micro-ondes entraîne une modification profonde de la disposition géographique dans l’espace de certains radicaux protéiques (passage de l’état Levogyre à l’état Dextrogyre, conversion de la forme TRANS à la forme CIS) qui pourrait bien se révéler néfaste avec le temps : fragilisation par rapport aux stress, formation de radicaux libres ?
micro-ondes
Cette modification spatiale des protéines serait la définition même des fameux Prions !

L’usage du four à micro-ondes ne serait pas l’un des responsables des maladies à Prions que l’on observe de nos jours, soit par ingestion d’aliments dénaturés, soit par action directe sur les protéines des humains consommateurs à l’occasion des fuites ou de l’émission de micro-ondes par les aliments consommés ?

Inutile de rappeler le décès par brûlure, qui est universellement admis et reconnu. D’après Jacques Tremolières, journaliste, l’être humain en tant que structure verticale, réagit comme une antenne, comme un collecteur d’ondes. Chacun de nos organes réagit de même comme un collecteur d’ondes. En clair, cela signifie que nous absorbons des quantités plus ou moins importantes de rayonnements électromagnétiques selon le principe même des antennes. Un rayonnement est d’autant plus dangereux que sa fréquence est plus élevée, à compter de 10 Mégahertz.

 

Les premières études sur les répercussions de ces ondes sur l’organisme humain datent de 1943.

Elles ont été effectuées par la Marine Américaine.

Entre 1966 et 1970, des chercheurs polonais et russes ont constaté sur les techniciens exposés aux micro-ondes :

  • des altérations fonctionnelles du système nerveux,

  • des troubles cardio-vasculaires, troubles du rythme, modification de la tension artérielle,

  • des troubles du comportement : fatigabilité, céphalées, vertiges, somnolence, irritabilité, anorexie, troubles de la mémoire, hypocondrie, insomnie. Cf. Edelwejn et Baransky (1966-1968), puis Petrou (1970) qui constate l’altération de l’électroencéphalogramme, prouvant ainsi le caractère concret et objectif des lésions. Lésions qui peuvent se manifester par des convulsions chez des ouvriers exposés aux micro-ondes depuis plus de 3 ans dans le cadre de leur travail,

  • des perturbations du transit intestinal,

  • des perturbations glandulaires, en particulier au niveau de l’hormone de croissance.

De telles ondes pénètrent dans le cerveau sur une profondeur entre 1/2 et 1 cm, c’est-à-dire qu’elles touchent essentiellement le cortex. Elles sont extrêmement dangereuses pour l’œil (cataracte). Les premiers à l’avoir mentionné sont Cleary et Pastermak.

micro-ondesLa pénétration dans les graisses atteint 5 cm de profondeur. Sang, lignées sanguines et mécanique immunitaire sont atteint, ce qui explique les leucémies chez les personnes exposées : une étude sur la mortalité globale à New-York entre 1950 et 1979 (438 000 décès) montre une augmentation importante de la mortalité par leucémie aiguë pour 10 catégories socioprofessionnelles exposées aux champs électromagnétiques. De nombreux chercheurs ont constaté ces méfaits : Deichman (1964), Kitsouskaja (1964), Kotkouska et Waak (1975), Wangemann et Cleary (1976), Michaelson (1971). Les désordres les plus courants annonçant la gravité du problème sont des hyperleucocytoses (augmentation du nombre des globules blancs), des lymphocytoses, de l’anémie. Les troubles semblent fonction de la dose absorbée.

Les micro-ondes lèsent aussi les cellules génitales. Outre l’effet thermique, on a constaté des lésions testiculaires et une altération de la spermatogenèse à partir d’une puissance de 10 mW/cm2 (Baransky et Czerki en 1976). L’hyperthermie que de telles ondes engendrent est enfin particulièrement nuisible pour les gonades (testicules surtout) : il a été observé en Suède en particulier un affaiblissement de la libido et une modification de la proportion masculin-féminin parmi les nouveaux-nés. Sur 2018 physiothérapeutes et leurs 2043 enfants, on a observé 33 cas de morts néo-natales ou malformations majeures, le seul fait explicitant cette proportion anormale étant l’utilisation plus fréquente d’équipements à ondes courtes chez les mères de ces enfants (Drs Pierre et Suzanne Deoux : « L’écologie, c’est la santé » chez Frison-Roche) À signaler des avortements à répétition entre le 2ème et le 3ème mois de la grossesse si le four se situe à la hauteur du ventre des mamans, dans la cuisine. À cet âge, le foetus atteint la taille de 12 cm, ce qui correspond à la longueur d’onde des micro-ondes, et il encaisse donc alors l’intégralité des fuites !

3. Émission de micro-ondes par les aliments sortant du four

Il faut savoir que les aliments qui sortent du Four à Micro-Ondes ne doivent pas être consommés pendant les 10 à 15 Minutes qui suivent la sortie du four (ce qui est mentionné normalement sur la plupart des notices !). En effet, un aliment sortant de ce four émet des Micro-Ondes qui brûlent tout sur leur passage, pendant au moins 10 minutes !

Bien sûr, si vous patientez pendant ces dix minutes, votre aliment a eu le temps de refroidir et le principal avantage de ce système est annihilé. Les critères d’innocuité sont basés sur des études effectuées d’après les normes d’utilisation des constructeurs. Mais la plupart des utilisateurs ne lisent pas la notice… Et trop souvent la notice est incomplète.

4. La santé vraisemblablement menacée

En Russie, les fours micro-ondes ont été bannis en 1976 à cause de leurs conséquences négatives sur la santé et plusieurs études ont été conduites sur leur usage. L’interdiction a été levée après la Perestroïka au début des années 90.
micro-ondes

L’invention des fours à micro-ondes et son adoption en masse par la population coïncident avec le début de l’obésité dans les nations développées du monde. Le micro-onde a permis non seulement de manger davantage d’aliments favorisant l’obésité, il a aussi détruit une majorité de composants nutritionnels de ces aliments, laissant les consommateurs dans un état croissant de suralimentation avec malnutrition. En d’autres mots, les gens mangent trop de calories mais pas suffisamment de nutriments réels. Le résultat en est, bien sûr, ce à quoi nous assistons aujourd’hui : diabète galopant, cancer, maladies cardiaques, dépression, insuffisance rénale, troubles du foie et autres.

 

Cuire au micro-onde est, techniquement, une forme d’irradiation de la nourriture. Le micro-onde est l’appareil du mort vivant. Les gens qui utilisent le micro-onde de manière régulière sont sur la pente de maladies dégénératives et d’une permanente bataille contre l’obésité. Plus vous utilisez le micro-onde, plus votre état nutritionnel empire et plus vous risquez d’être diagnostiqué de diverses maladies et mis sous médicaments qui, bien sûr, créeront d’autres problèmes de santé qui mènent à une dégringolade de la santé.
micro-ondes

Par cette altération de la nourriture, les molécules sont déstructurées, déformées et donnent naissance à des substances nouvelles à effet durable à peine connues. On a remarqué que des acides aminés se transforment par isomérisation en cis-3 et cis-4 hydroxyproline devenue levogyre au lieu de l’original naturel dextrogyre. L’analyse bio-électronique montre une acidification connue comme dangereux pour la santé. Sur un groupe de sujets étudiés, nourris avec du lait micro-ondé, on a vu une disposition à l’anémie à la fin du premier mois, puis une élévation des taux de cholestérol.

(Ecole polytechnique et Université de Génie biochimique de Lausanne – Suisse, dans journal Franz Weber n° 19 mars 1992)La cristallisation sensible d’un lait micro-ondé donne l’image d’un lait putréfié.

5. Micro-ondes et Médecine Traditionnelle Chinoise

Sur le plan purement énergétique, l’ingestion d’aliment chauffé ou cuit au Micro-Onde entraîne instantanément une attaque de la Rate énergétique facilement observable par l’étude clinique.
La Rate en MTC, a une fonction existentielle absolument centrale et primordiale. Elle englobe toute la fonction alimentaire de l’organisme. En particulier, elle règne en maîtresse incontestée sur les mécanismes de la digestion, de l’assimilation et de l’évacuation des déchets. Ce qui explique très bien les problèmes que l’on ressent après ingestion d’aliments cuits au four à Micro-Ondes ! En particulier les ballonnements et les flatulences nauséabondes.

Elle répartit l’énergie alimentaire qui découle de ce travail de digestion dans tout l’organisme, la faisant monter vers le haut du corps, en particulier vers les centres nerveux du cerveau archaïque (tronc cérébral) qui régulent les mécanismes homéostasiques : le réglage de la température du corps, par exemple. Mais aussi le réglage de l’appétit, et le contrôle de la morphologie et de la tonicité globale de tous les tissus du corps. Cet apport d’énergie va donc éviter toute prolifération néoplasique, certes, mais aussi les coussinets de cellulite disgracieux, les prises de poids intempestives, le relâchement des tissus et de la peau, etc.La RATE est aussi, avec le FOIE, à l’origine de la fabrication du SANG. Son bon fonctionnement évitera donc les leucémies et autres troubles immunitaires graves.Enfin, elle régule la circulation sanguine capillaire et veineuse.Le four à micro-ondes n’est certes pas le seul élément qui attaque la Rate : l’alimentation crue, froide, comme les boissons froides (ce qui explique entre autres choses que les personnes qui font un régime amaigrissant à base de crudités continuent à grossir), et surtout les soucis et le stress sont aussi des facteurs péjoratifs considérables pour la Rate. Inutile donc d’en rajouter aujourd’hui avec le four à micro-ondes !

On constate en effet :

  • des ballonnements et flatulences nauséabondes immédiates ;

  • une digestion longue et laborieuse avec somnolence ;

  • une fragilisation importante des vaisseaux sanguins veineux et capillaires avec risques d’hémorragies ;

  • une prise de poids intempestive sur le siège de l’abdomen…

En conséquence :

User du FOUR à MICRO-ONDES, c’est ouvrir la porte à toutes sortes de désagréments et de maladies :

  • troubles digestifs ;

  • perte de vitalité ;

  • problème de poids, bedon chez monsieur, culotte de cheval chez madame.

  • relâchement des tissus, peau flasque ;• troubles circulatoires sanguins capillaires et veineux ;

  • verrues, cancers, leucémies ;

  • effondrements immunitaires ;

  • comme pour les vaccins mais dans une moindre mesure pourtant.

Problèmes techniques lors de l’utilisation de fours à micro-ondes

1. Fuite de micro-ondes hors de l’appareil

Il est curieux de constater que les normes autorisées varient considérablement d’un pays à un autre :– L’AFNOR (normes françaises) recommande de ne pas dépasser 5 mW/cm2.– Les USA ne tolèrent que 1 mW/cm2.– Dans les pays de l’Est, ces normes ne dépassent pas 10 pW/cm2

Un test effectué sur 60 fours familiaux usagés a révélé que seuls, 22 appareils étaient encore aux normes. Une extrapolation aux millions de fours présents sur le marché laisse rêveur, pour le moins ! (Danielle Bertrand-Duret, Médecine Naturelle)

Le four produit également un champ magnétique E.L.F. de 40 à 90 mG à 30 cm et de 3 mG à 1,5 m.Les fuites sont peu vraisemblables, mais seulement au moment de l’achat. Très vite, après quelques jours d’utilisation, elles deviennent certaines et peuvent générer à la longue des troubles de la vue (cataracte), de l’appareil génital (avortements, stérilité), du coeur (troubles du rythme), du système neuroendocrinien (céphalées, vertiges, fatigue, asthénie, insomnie), du système sanguin et en particulier immunitaire.

 

Les micro-ondes attaquent très rapidement les caoutchoucs assurant l’étanchéité du four. Très rapidement, au bout de quelques heures d’utilisation normale, les fuites dépassent les normes ci-dessus.

2. Rayonnement électromagnétique

Le four une fois branché, même lorsqu’il ne fonctionne pas, émet un champ électromagnétique dans un rayon de 4 à 5 mètres, qui semble très nocif. Cette nocivité est encore une immense inconnue, d’autant que les intérêts sous-jacents semblent colossaux (Cf lignes à Haute tension, TGV, …). Des études encore bien timides sont pourtant en cours depuis une quinzaine d’années, à Nîmes par exemple (Pr. Luis Miro).

Toujours avec les mêmes procédés de mesure que ci-dessus, il est possible de constater que l’énergie environnante est « aspirée » par le four à micro-ondes et le champ magnétique est déstructuré sur un rayon de 3 à 5 mètres. Tout individu restant à côté du four voit donc son propre champ magnétique (produit par la juxtaposition des champs Électromagnétiques de chacune de nos cellules) profondément perturbé. D’où la sensation de fatigue, quasi immédiate. Ce phénomène est amplifié lorsque le four n’est pas relié à une « terre » de bonne qualité.

Si vous décidez de conserver votre four, après avoir lu cet article, éviter au moins :

  • de le placer à hauteur du ventre de ces dames,

  • de le placer près d’une source de chaleur,

  • de le placer près d’une source d’humidité ou de vapeurs,

  • de le placer dans un rayon de soleil.Il doit être installé à plus de 4 mètres d’une radio ou d’une télévision. Son plancher doit être rigoureusement horizontal. La mise à la terre doit être parfaite, avec une résistance inférieure à 10 ohms… Il faut absolument s’éloigner à plus de 5 mètres du four lorsqu’il fonctionne !

En conclusion

Il ne faut jamais se servir du Four à Micro-Ondes… Ne pas même le laisser branché sur le secteur ! Il faut donc – en toute logique – éviter d’acheter cet ustensile, et dans le cas où l’erreur est faite, la réparer en allant le jeter à la première poubelle venue !

Si vous voulez être en bonne santé et MINCE, évitez totalement les micro-ondes. Il y a des alternatives bien plus saines et meilleures :

  • Mangez des fruits et des légumes de préférence crus, ou si vous désirez les cuire faites-les revenir légèrement (avec un peu d’eau et un peu de beurre fermier) ou à la vapeur jusqu’à ce qu’ils soient tendres et croquants.

  • Faites chauffer l’eau pour le thé dans un casserole ou une bouilloire au lieu du micro-ondes – ou bien encore mieux – prenez de l’eau bouillante du robinet.

  • Sortez à l’avance les aliments que vous désirez décongeler.

  • Faites TOUT chauffer à feux doux dans une casserole ou dans un four grille-pain (cela ne prend que 4-5 minutes à réchauffer).

  • Optez pour la cuisson à la vapeur douce (Vitaliseur de Marion).

Ainsi que le dit le Dr Alain Scohy : « L’entrée dans le paradigme (système de pensée scientifique) de la Psychosomatique permet de reprendre quelques éléments de ce dossier… Il est clair que les leucémies ou autres cancers ne proviennent sans doute pas de l’usage du four à micro-ondes. Ils sont des phénomènes de survie dans des conditions de stress mortel pour les cancers, de guérison pour les leucémies…

Mais ces phénomènes pathologiques sont aggravés de manière évidente par une mauvaise hygiène de vie. Et l’usage de cet instrument est un facteur évident de majoration des risques et des symptômes. Je pense qu’il faut entendre les micro-ondes comme une énergie négative – et nous en avons déjà bien assez à assumer et à surmonter. »

Quand à Mike Adams de NaturalNews, voici ce qu’il dit à propos des micro-ondes :
« L’augmentation des carences nutritionnelles étendues dans le monde occidental correspond parfaitement à l’introduction du four à micro-onde. Ce n’est pas une coïncidence. Les fours à micro-onde chauffent les aliments par un processus de friction des molécules, mais cette même friction moléculaire détruit rapidement les délicates molécules des vitamines et phytonutriments qu’on trouve naturellement dans les aliments.

Une étude a montré que passer des légumes au micro-ondes détruit jusqu’à 97 % du contenu nutritionnel (vitamines et autres nutriments à base de plantes qui préviennent la maladie, booste la fonction immunitaire et améliorent la santé). En d’autres mots, manger des brocolis crus vous fournit une médecine anti-cancer naturelle extrêmement efficace pour stopper la croissance de tumeurs cancéreuses.Mais passer les brocolis au micro-onde détruit les nutriments anti-cancer, donnant un aliment « mort » et appauvri au plan nutritionnel. Il existe même des preuves suggérant que le passage au micro-onde détruit l’harmonie des molécules d’eau, créant un modèle énergétique de chaos dans l’eau qu’on trouve dans tous les aliments. En fait, le terme commun d’irradier vos aliments est approprié : utiliser un micro-onde est un peu comme verser une bombe nucléaire sur votre nourriture, puis consommer les retombées.Si vous voulez favoriser une meilleure vie à votre famille et à vous, jetez votre micro-onde ! Un peu plus de temps passé à préparer un repas = une vie plus longue en meilleure santé ! »

Partager cet article

CUISSON ET SANTE

Publié le par Tropiquirinha

Cuir les aliments : De la qualité des aliments mais également de leur cuisson dépend la qualité des nutriments que vos cellules vont absorber donc le maintien d’une bonne santé car notre corps a besoin de vitamines, d’oligo-éléments et d’enzymes contenus dans nos aliments.

La plupart des modes de cuisson détruisent ceux-ci voire même les rendent nocifs pour l’organisme. Les modifications induites par la chaleur sont d’autant plus importantes que la température est élevée et que le temps d’exposition est long. À partir de 110°C, les aliments subissent d’importantes transformations. Il faut donc éviter les grillades et fritures qui varient entre 300 et 700°C, le four traditionnel qui atteint 300°C, la cocotte-minute qui parvient à 140°C. A contrario, la cuisson à vapeur douce ne dépasse pas les 95°C et préserve ainsi les vitamines, les enzymes, permet aux minéraux de rester assimilables et aux acides aminés d’être biologiquement efficaces.

 

En effet la cuisson d’un aliment induit des réactions chimiques qui peuvent altérer le produit si cette cuisson est à hautes températures et provoque les pertes d’acides aminés (AA), de la Vit C dés 60°, de la vitamine D dès 110°. A 145° arôme et couleur brune apparaissent car les AA inter agissent avec les sucres et produisent de l’Acrylamine (Molécule de Maillard) classé par l’OMS dans les produits cancérigènes et comme sources de lésions nerveuses. Ainsi la cuisson en autocuiseurs, grille pains, feu de bois détériorent les aliments et intoxiquent l’organisme

Dans les cuissons à la vapeur dans un couscoussier ou une casserole à étage, à basse température ou à l’étouffée, au woks, en pochant ou en faisant bouillir, sans sels ajoutés et sans graisses la valeur nutritionnel des aliments est protégée même si c’est à l’état cru que les aliments possèdent le maximum de valeur nutritive.

Le saviez-vous ? 

Un légume cuit entier dans sa peau conserve un peu plus de sa valeur nutritive mais pour cela il faut choisir des légumes bios.

Il existe sur le marché deux appareils qui offrent des conditions de cuisson optimales pour la santé et la gastronomie. Il s’agit du Vitaliseur de Marion et de l’Omni cuiseur. Il est en effet important de revoir son équipement de cuisine et d’éviter les ustensiles en aluminium , les poêles en Téflon qui dégagent des résidus toxiques .

Comme la plus part des vitamines sont à la fois sensibles à la lumière et à la chaleur les légumes  frais et bio de préférence seront le plus possible consommés crus ou avec une cuisson à température très modérée. Éviter de les tremper pour les nettoyer ce qui augmente la perte des vitamines , plutôt les rincer sous un filet de vinaigre blanc puis d’eau. Cependant l’assimilation par notre organisme de la  béta-carotène ( pro-vitamine A) et de certains minéraux est facilitée pour la tomate et la carotte par une douce cuisson.

Avec les beaux jours revient le goût des grillades avec des cuissons au barbecue au charbon de bois  ; ce mode de cuisine devrait rester exceptionnel et surtout respecter plusieurs règles d’hygiène .Outre les hydrocarbures  , composés cancérogènes produits par les braises ou les flammes qui touchent les viandes, il est impératif de garder la viande au frais et de ne pas l’exposer trop longtemps à l’extérieur avant sa cuisson .Il est également conseillé de la faire mariner, cela attendrie les fibres et selon les épices utilisées participe à une meilleure digestion. Le choix d’une « plancha »au gaz ou électrique semble un bon compromis, mais se rappeler également que cette alimentation n’est pas la plus adaptée pour notre système digestif et donc pour notre santé.

La cuisson en papillote se fera dans un papier sulfurisé  ou dans des paniers en inox ou en bambou de manière a être mise à la vapeur ; elle permet une cuisine légère pour les viandes, les légumes et le poisson et préserve nutriments et les vitamines.

Manger est un plaisir mais doit aussi permettre d’apporter à nos métabolismes les nutriments nécessaires sans épuiser notre organisme ni l’intoxiquer ; modifier ses modes de cuisson permet de tester d’autres recettes et de rapidement sentir les bienfaits de ces nouveaux choix.

 

Partager cet article

L OPTIMISME

Publié le par Tropiquirinha

RÉUSSIR AUTREMENT - Notre monde émotionnel a la capacité remarquable d’influencer non seulement notre santé mentale, mais aussi notre bien-être physique.

"Des attributs positifs tels que l’optimisme, la vitalité, le sens que l’on donne à sa vie et la satisfaction dans la vie sont immensément importants", écrit le psychologue Dr. Scott Barry Kaufmann dans un récent blog du magazine Scientific American sur l’optimisme et la santé cardiaque. "Les domaines apparentés de la psychologie positive et de la psychologie de la santé se basent sur des recherches scientifiques rigoureuses portant sur la manière dont les personnes font face aux défis inévitables de la vie, et comment cela est lié (et même mène à) une meilleure qualité de vie."

Un (nombre croissant) de recherches dans les domaines de la psychologie, de la médecine et de la santé publique démontre les effets bénéfiques des émotions positives sur la santé au sens large et plus particulièrement leur effet sur la santé physique. Lorsque par le passé, des études portaient sur les effets des émotions sur la santé physique, l’accent était plutôt toujours mis sur les effets néfastes des émotions négatives telles que la colère et les troubles de la santé mentale telles que l'anxiété et la dépression.

Voici cinq émotions positives qui ont été reconnues capables d’améliorer la santé physique et de prévenir les maladies.

L’optimisme peut protéger le cœur.

Alors que nous définissions habituellement l’optimisme en tant qu’une attitude positive envers l’avenir, cela comprend bien plus que cela. L’émotion emplie d’espoir joue le rôle d’un mécanisme d’adaptation qui peut aider les individus à surmonter les défis de la vie tout en gardant la conviction que les choses vont s’arranger.

Un corps de recherche croissant a suggéré que le fait de cultiver cette qualité pouvait avoir un effet protecteur sur le cœur. D’après un article de revue de 2012, un certain nombre d’études ont montré que les personnes aux personnalités optimistes présentent un risque réduit d’accidents cardiovasculaires. Plus récemment, une étude fascinante a montré que le langage utilisé sur Twitter permettait d’estimer la mortalité due à une maladie cardiaque. Plus spécifiquement, le langage lié à l’optimisme et à la résilience (l’utilisation des mots tels que "surmonter", "être plus fort", "foi") était associé à un risque plus bas de mortalité au sein d’une communauté donnée.

Les bénéfices de l’optimisme sur la santé physique s’étendent également au-delà de la santé cardiaque. Un caractère optimiste influence de manière positive plusieurs autres domaines touchant à la santé, tels qu’un système immunitaire amélioré et une meilleure longévité.

Faire l’expérience de l’émerveillement réduit les marqueurs inflammatoires associés aux maladies auto-immunes.

Se promener dans un magnifique paysage, écouter de la musique classique qui nous émeut, ou participer à un rituel religieux ou spirituel font partie des expériences dans la vie qui nous rendent joyeux et nous font nous sentir en vie. Des recherches ont prouvé que les expériences liées à l’art, à la religion et à la philosophie sont les plus propices à susciter en nous un sentiment d’émerveillement, ce sentiment d’admiration et de connexion à quelque chose qui nous dépasse.

Selon de nouvelles recherches de l’Université de Californie à Berkeley, l’émerveillement n’est pas seulement un sentiment agréable, il est également énormément bénéfique pour la santé mentale et physique. L’étude de Berkeley a montré que les personnes, en ayant récemment fait l’expérience, présentaient un niveau moindre de cytokines, des marqueurs inflammatoires qui, à des niveaux chroniquement élevés, sont impliqués dans le développement de maladie auto-immunes, ainsi que d’autres problèmes de santé, notamment des maladies cardiaques, la maladie d’Alzheimer et la dépression. Cela suggère que l’émerveillement promeut des niveaux de cytokines plus sains et pourrait prévenir certaines maladies.

"Plutôt que de considérer une promenade au parc ou une sortie au musée comme une gâterie, nous espérons que les personnes vont désormais considérer ce genre d’activité comme autant de manières de contribuer à un bon état de santé, en addition à un esprit sain", explique l’un des auteurs de l’étude, le Dr. Jennifer Stellar, au Huffington Post. "Inclure ce genre d'expériences positives dans votre routine quotidienne pourrait se révéler être plus important pour votre santé que jusqu’à présent assumé".

La compassion et l’attention portées à autrui peuvent améliorer la fonction du nerf vague.

La compassion – le souci du bien-être d’autrui– peut faire naître des sentiments positifs aussi bien envers nous-même qu'envers autrui, et pourrait améliorer notre santé physique d’une manière importante.

Barbara Frederickson, psychologue spécialisée en psychologie positive, a mené des recherches sur les effets de la méditation de l’amour bienveillant (LKM), une pratique bouddhiste traditionnelle qui comprend une méditation sur l’amour et l’extension de la compassion envers soi à un groupe croissant de personnes. Barbara Frederickson a constaté que six semaines d’entraînement à la méditation LKM avaient un effet positif sur le nerf vague, qui va du nerf cérébral au cœur, et qui aide à réguler les émotions ainsi que les systèmes corporels tels que les systèmes cardiovasculaires et digestifs.

En stimulant nos sentiments de compassion, la méditation conduit à une amélioration du tonus vagal au repos (qui peut être utilisé afin d’évaluer le degré d'activité du système nerveux autonome). Dans une interview avec l’Université Emory, Barbara Frederickson a expliqué que le nerf vague joue un rôle important dans la santé physique d’une personne, son sentiment d’amour et sa relation à autrui.

"D’une certaine manière, nos corps sont faits pour l'amour, parce que plus nous aimons, plus notre état de santé s’améliore", dit-elle.

La gratitude peut également être bénéfique à la santé cardiaque et à la fonction du système immunitaire.

Tout comme l’optimisme, une « attitude de gratitude » - une appréciation et un sentiment de reconnaissance par rapport aux bienfaits que nous connaissons dans la vie – peut avoir une importante répercussion positive sur la santé mentale et physique. La gratitude, comme l'optimisme, a été associée à une meilleure santé immunitaire, et a également prouvé pouvoir améliorer la qualité du sommeil.

La gratitude peut également améliorer la santé et le bien être de manière variée dans le sens où elle contribuerait à faire baisser le stress – ce dernier étant l’un des principaux facteurs impliqués dans l’évolution de nombreuses maladies chroniques. Des études ont montré que parmi les adultes plus âgés, le fait de ressentir un sentiment de gratitude envers Dieu peut amortir les effets négatifs du stress.

L’auto-compassion améliore les comportements liés à la santé.

Les personnes adoptant une attitude de bienveillance envers elles-mêmes sont également plus attentives à leur propre corps, l’aidant potentiellement à prévenir ou gérer une série d’événements négatifs portant sur la santé physique ou morale.

Une étude de 2013 publiée dans le Personality and Social Psychology Bulletin a examiné la relation entre l’auto-compassion, les réactions face à la maladie et une série de comportements liés à la santé, et a conclu que les personnes faisant preuve d’auto-compassion consultaient des médecins plus rapidement en cas de symptômes que des personnes qui en manquaient. Les personnes faisant preuve d’auto-compassion tendent également à être moins déprimées au sujet de leurs problèmes de santé et à adopter une approche plus proactive envers leur propre santé.

"Il est tout à fait normal de ressentir de la douleur en cas d’adversité", écrit le chercheur en sciences cognitives Dr. Art Markmann dans Psychology Today. "Mais une fois l’expérience de la douleur passée, il est également important de se relever et d’essayer à nouveau – de se souvenir que les échecs, les maladies et les mauvaises relations ne sont pas un verdict portant sur votre propre valeur en tant que personne, mais un obstacle parmi d’autres à surmonter."

Lire aussi :

» 5 bienfaits du pessimisme pour la santé et le bien-être

» 14 signes montrant que vous êtes vraiment heureux

» 5 astuces insolites pour être heureux

» Le bonheur est un choix, en voici la preuve scientifique

» Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Publié dans PSYCHOLOGIE REFLEXIONS

Partager cet article

NOS PIEDS REFLET DE NOTRE PERSONALITE

Publié le par Tropiquirinha

La forme du pied est donc un indicateur et un reflet de notre personnalité, de notre état général et de notre façon d’appréhender le monde. Connaître la forme de nos pieds, c’est également évaluer l’équilibre, le maintien et la démarche.
En découvrant ce que la forme de votre pied indique sur vous, vous verrez ce que chacun peut traduire de certains aspects non évidents de votre personnalité et de ce que vous êtes.

Il existe quatre formes différentes de pieds. A chaque forme correspond un type bien particulier de personnalité.

Découvrez votre personnalité:

1. La forme du pied en équerre.

C’est un pied plutôt trapu qui ressemble à un rectangle. D’aspect ramassé, l’ensemble des doigts et du pied forment un tout de même longueur et bien rectangulaire.

C’est un pied complètement ancré dans la terre. Il reflète la personnalité de quelqu’un de posé, de réfléchi sachant discerner et peser chaque décision et qui ne se laisse pas du tout écarter de ses objectifs.

Ces hommes et ces femmes sont des personnes concrètes, sûres, en qui il est possible d’avoir entièrement confiance. Leur ancrage dans le sol leur assure une grande réussite dans leurs projets.

2. Le pied flamme.

On l’appelle aussi le « pied de feu ». La forme de ce pied est très reconnaissable. Le talon est beaucoup plus fin que le reste du pied. Sa silhouette s’élargit au niveau des doigts de pied. Ceux-ci ont d’ailleurs aussi une forme bien spécifique. Ecartés, leur aspect les fait ressembler à un triangle. Les individus qui ont ce « pied flamme » sont très actifs, plutôt sportifs et surtout très créatifs. Ils ont du mal à rester en place.
Il peuvent donc se montrer impatients et impulsifs. Ce sont des personnes dotées d’un fort enthousiasme.

 

3. Le pied régulier.

La silhouette de ce pied très équilibrée se retrouve chez des êtres particulièrement sociables et ouverts sur le monde. D’un tempérament extraverti et fonceur, ils sont toujours prêts pour de nouvelles expériences humaines ou intellectuelles. L’aventure leur sied bien. Ces pieds aiment prendre l’air! Ils sont d’ailleurs aussi appelés ainsi.

Il sont toujours prêts à faire de nouvelles expériences. Ils peuvent apparaître comme très sûrs d’eux, parfois même comme suffisants et originaux.

4. Le pied allongé.

Ce pied est à la fois long et possède des doigts de pied en forme de fuseau avec un talon très fin. Sa silhouette complexe, fine et sensible se rencontre chez des âmes idéalistes et rêveuses. A l’inverse du pied précédent, c’est l’élément « eau » qui le caractérise. Un pied d’eau difficile ainsi à saisir chez des personnes réservées et qui cachent de nombreux éléments de leur personnalité. Rebelles et impétueuses, elles paraissent parfois lunatiques aux yeux des autres.

forme du pied

Mais en plus des indices majeurs que donnent ces quatre typologies de formes de pieds rencontrées dans la population, on doit également prendre en compte d’autres éléments. Ainsi, la structure et la forme des doigts de pied ou encore des ongles peuvent également donner des indices intéressants sur la personnalité et la santé d’une personne.

Par exemple des doigts de pieds courts traduisent un caractère conciliant tandis que de longs doigts de pieds seront plus synonymes d’une personnalité ambitieuse. Un gros orteil, quant à lui, sera le reflet d’un esprit rationnel.

Des grands pieds reflètent les traits de caractère d’une personne entreprenante. Et on trouve des petits pieds plus facilement chez des individus moins stables, qui changent souvent de travail et de partenaire.
La réflexologie donne également d’autres données sur la santé et le personnalité. De plus, procurant un bien-être certain, elle soulage efficacement les douleurs et certains symptômes.

Source La forme du pied est le reflet de notre personnalité: Voglia

Jean-Charles Fricotté

Partager cet article

DEPRESSION ET INFLAMMATION CEREBRALE

Publié le par Tropiquirinha

Du site E SANTE.FR

Origine de la dépression : la piste de l’inflammation cérébrale se confirme

Article publié par Isabelle Eustache le 09/03/2015


Origine de la dépression : la piste de l’inflammation cérébrale se confirme

La dépression est une maladie particulièrement répandue. Pourtant, ses mécanismes restent méconnus. Des chercheurs canadiens confirment l’hypothèse selon laquelle une inflammation dans le cerveau serait à l’origine de cette maladie qui touche plus de 3 millions de Français.

 

Dépression : de nombreux faits en faveur d’une inflammation cérébrale

Cette hypothèse d’une inflammation cérébrale en cas de dépression se base notamment sur les faits suivants :  

  • L’activation du système immunitaire et la dépression présentent des symptômes communs : perte de l’envie (anhédonie), tristesse, perte de l’appétit, perte de poids, etc.

  • Les personnes touchées par une maladie dite « neuro-inflammatoire » sont aussi plus souvent atteintes de dépression.

  • Les personnes dépressives présentent plus fréquemment des marqueurs biologiques sanguins de l’inflammation

C’est précisément cette dernière origine qui vient d’être vérifiée.

La dépression aurait pour origine une inflammation cérébrale

Cette étude a porté sur une vingtaine de personnes souffrant d’un deuxième épisode de dépression, comparée à autant de sujets témoins. Grâce à l’imagerie médicale (le Pet-scan), les chercheurs démontrent qu’un marqueur spécifique de la neuro-inflammation, dénommé le « TSPO Vt », est présent en plus grande quantité chez les patients atteints de dépression. En se basant sur cette constatation, les auteurs concluent que l’inflammation est plus élevée de 30% dans le cerveau des dépressifs.

Sachant que de nombreux patients sont insensibles aux antidépresseurs, la confirmation de ce mécanisme pourrait ouvrir la voie vers de nouveaux traitements impliquant des agents anti-inflammatoires. Cette piste des marqueurs biologiques pourrait aussi se révéler utile dans le diagnostic souvent difficile de cette maladie.

Rappelons que 3 millions de personnes souffrent de dépression en France ; 19% des Français souffriront d’un épisode dépressif au cours de leur vie ; 70% des personnes succombant à un suicide souffraient de dépression.

Publié dans PSYCHOLOGIE REFLEXIONS

Partager cet article

TRAUMATISME D ENFANCE ET ACTIVITE CEREBRALE

Publié le par Tropiquirinha

ARTICLE DU HUFFINGTON POST

 

SCIENCE - Selon une étude de l'Université de Yale, les traumatismes d'enfance subis par un individu influent sur sa gestion du stress et peuvent aggraver son anxiété, son obésité, son inclination à la dépression ou encore ses abus de substances psychoactives. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs dont l'étude est parue début janvier dans la revue Neuropsychopharmacology ont étudié le cerveau de 64 adolescents, résume iflscience.com.

40 garçons et 24 filles âgés de 14 à 18 ans et victimes de traumatismes ou de mauvais traitements à différents degrés (de l'exposition prénatale à la cocaïne pour les deux tiers des adolescents étudiés, à la "simple" négligence), ont ainsi subi des IRM (imagerie par résonance magnétique).

Les données obtenues ont permis aux chercheurs de découvrir quelles régions du cerveau étaient réceptives aux différents stimuli soumis aux adolescents, et à quel point. Manger leur nourriture préférée, être dans une situation stressante, ou au contraire de détente, chaque stimulation était adaptée à l'adolescent testé.

Hyper-réactifs au stress, mais presque indifférent aux moments de détente

Grâce à cette série de tests, les spécialistes ont montré que -comparés à ceux qui n'ont qu'un faible indice de traumatisme- les adolescents du groupe ayant connu des traumatismes plus importants réagissent davantage au stimulus stressant. Plusieurs zones de leur cortex cérébral, dont l'insula ou le cortex préfrontal, se sont éclairées durant l'observation.

cerveauIci, le cerveau d'un adolescent ayant subit un traumatisme important laisse apparaître une hypersensibilité au stress. Les zones en surbrillance sont importantes dans la "régulation émotionnelle".

À l'inverse, lorsque ces même participants sont dans des situations neutres ou apaisantes, ils affichent une diminution significative de leur activité neurologique. Les zones corticales telles que le vermis du cervelet et le Cervelet droit, qui interviennent dans le processus d'excitation, sont beaucoup moins illuminées (voir l'image ci-dessous). Selon les chercheurs, cette faible réaction cérébrale refléterait une sorte d'incapacité à la maîtrise de soi.

cerveauContrairement à la première mise en situation, l'individu réagit beaucoup moins, peu de zones sont en surbrillance.

Des données variables

Concernant la stimulation des préférences alimentaires, les deux groupes n'ont pas montré de différences significatives. Pour Marc Potenza, professeur de psychiatrie au département médecine de l'Université de Yale qui a mené l'étude avec des collègues, les résultats varient aussi au sein même des deux groupes.

Certains jeunes ayant le même degré de traumatisme appréhendent les stimuli différemment les uns des autres. Ceux exposés à des niveaux plus élevés,"peuvent éprouver différentes réponses cérébrales aux facteurs de stress semblables", explique Marc Potenza à l'agence Reuters.

En prenant en compte les divergences de sensibilités, l'étude peut permettre des efforts de prévention et de traitement. Elle peut aussi permettre de mieux diriger les recherches sur le développement de l'enfant.

Lire aussi :

» La méditation pourrait retarder le vieillissement du cerveau
» Le bouton reset de notre horloge biologique découvert par des chercheurs
» Découvrez le phénomène ASMR, les "orgasmes du cerveau" sur le web
» Des souris plus intelligentes grâce à un cerveau mi-humain
» Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

 

Partager cet article

PSYCHOMEDIA EXERCISE POUR GARDER LE MORAL

Publié le par Tropiquirinha

Des exercices simples aident à augmenter le bonheur et diminuer la dépression

En psychologie scientifique, on croyait jusqu'à récemment, explique Martin Seligman, figure importante du courant de la psychologie positive, que les exercices et approches pour améliorer le niveau de bonheur de façon durable étaient inefficaces. On croyait en un niveau de bonheur prédéterminé par les gènes et l'éducation qui pouvait varier légèrement mais avait toujours tendance à revenir au niveau déterminé.

Cette dernière vision expliquerait pourquoi les gagnants à la loterie reviennent éventuellement à leur disposition antérieure par rapport à l'argent par exemple et que les gens devenant paraplégiques reviennent aussi éventuellement à peu près au même niveau de bonheur qu'ils avaient avant leur accident.

Les exercices suggérés pour augmenter le bonheur de façon durable abondent toutefois. Seligman et ses collègues en ont recensé plus d'une centaine.

Ils ont testé rigoureusement plusieurs de ces exercices auprès d'étudiants et de psychothérapeutes les utilisant auprès de leurs clients afin de vérifier si certains d'entre eux augmentaient vraiment le bonheur.

Étant donnés les témoignages encourageants de soulagement durable de la dépression et de bien-être amélioré, les chercheurs ont entrepris une étape de vérification selon les normes scientifiques. Pour ce, les participants sont assignés au hasard à un groupe mettant en pratique des exercices ou à un groupe contrôle recevant un traitement placebo afin de comparer les résultats.

Environ 500 personnes ont participé à une expérience qui consistait simplement, après une batterie de tests, en une semaine d'exercices supervisés à partir du web (aucune intervention humaine). Les gens étaient retestés répétitivement concernant leur bien-être durant les six mois suivants.

Trois exercices étaient testés:
- écrire trois choses qui ont bien été dans la journée et pourquoi, remarquer sa propre contribution à ce qui a bien été
- écrire un témoignage de gratitude et le remettre personnellement
- utiliser ses plus grandes forces personnelles de façon nouvelle afin de passer des moments agréables (un test permettait aux participants d'identifier leurs forces personnelles)

Les recherches se poursuivent pour tester d'autres exercices.

Une recherche a vérifié l'effet du premier exercice (identifier trois choses ayant bien été dans la journée) auprès de personnes sévèrement déprimées. Après 15 jours seulement, 92% se disaient plus heureuses, avec une moyenne de diminution de 50% des symptômes de dépression. Ce qui se compare avantageusement, précise le chercheur, avec la psychothérapie et les antidépresseurs.

D'autres expériences, comparant l'effet des antidépresseurs, de la psychothérapie et de la psychologie positive comme traitement de la dépression confirmeraient les avantages de cette dernière approche.

Dans l'ensemble, résume le chercheur, il y a de bonnes évidences que plusieurs exercices augmentent le bonheur et diminuent la dépression. La théorie selon laquelle chacun a un niveau de bonheur déterminé s'avère fausse, estime-t-il.

Concernant l'impact des exercices sur les personnes en dépression, la psychothérapie est traditionnellement, commente le chercheur, un endroit pour parler de ses difficultés. La psychothérapie du futur, dit-il, pourrait aussi être un endroit pour parler des émotions positives, des forces et des façons de construire davantage de sens dans sa vie.

Voyez également:

Publié dans PSYCHOLOGIE REFLEXIONS

Partager cet article

PSYCHOMEDIA 10 HABITUDES QUI RENDENT PLUS HEUREUX

Publié le par Tropiquirinha

10 habitudes qui rendent plus heureux

10 stratégies ou attitudes ont été identifiées comme favorisant le bonheur par l'organisme sans but lucratif britannique Action for Happiness (Action pour le bonheur) "sur la base d'un examen approfondi des dernières recherches en psychologie portant sur ce qui affecte le bien-être mental".

En anglais, ces 10 habitudes sont nommées et ordonnées de façon à former l'acronyme GREAT DREAM (Grand rêve) (1). Les voici:

  • Donner: faire des choses pour les autres

  • Être en relation: connecter avec des gens

  • Faire de l'exercice: et plus généralement prendre soin de son corps

  • Apprécier: remarquer le monde autour de soi et les bonnes choses qui se produisent dans sa vie

  • Expérimenter: continuer à apprendre de nouvelles choses

  • Direction: avoir des objectifs encourageants et travailler à leur réalisation

  • Résilience: trouver des façons de rebondir après les difficultés

  • Émotion: prendre une approche positive et faire des choses que l'on aime

  • Acceptation: être confortable avec qui l'on est

  • Signification: faire des choses qui donnent le sentiment que sa vie a un sens ou de faire partie de (contribuer à) quelque chose de plus grand que soi

5000 personnes interrogées par Action for Happiness évaluaient de 1 à 10 la fréquence à laquelle elles appliquaient chacune de ces habitudes. Elles indiquaient aussi leur satisfaction globale par rapport à leur vie.

Donner était l'habitude qui arrivait en tête (7.41), suivie d'être en relation (7.36). Les 10 habitudes étaient liées au niveau de satisfaction. Alors que l'acceptation était celle qui prédisait le plus fortement la satisfaction, elle était la moins appliquée (5.56), venant tout juste derrière l'exercice également négligé (5.88).

La psychologue Karen Pine de l'Université de Hertfordshire et présidente de Do something different qui a collaboré au sondage, donne les conseils suivants pour pratiquer l'habitude d'acceptation de soi-même:

  • Soyez aussi bon pour vous que vous l'êtes pour les autres. Voyez vos erreurs comme des occasions d'apprendre. Remarquez les choses que vous faites bien, même petites.

  • Demandez à un ami de confiance ou à un collègue de vous dire quelles sont les forces qu'ils apprécient chez vous.

  • Passez un peu de temps seul. Branchez-vous sur la façon dont vous vous sentez à l'intérieur et essayez d'être en paix avec qui vous êtes.

Des critiques qui sont faites à l'initiative Action for Happiness est de ne pas tenir compte explicitement des aspects sociaux et politiques qui exercent une importante influence sur le bien-être. "Pour augmenter le bonheur, nous avons besoin d'actions fermes contre les inégalités", dit par exemple le psychologue David Harper de l'Université de East London dans le Guardian.

Voyez également:

Publié dans PSYCHOLOGIE REFLEXIONS

Partager cet article

PSYCHOMEDIA METTRE DES EMOTIONS EN MOTS

Publié le par Tropiquirinha

Mettre les émotions en mots réduit la détresse

Deux expériences utilisant l'imagerie cérébrale (images de l'activité du cerveau) semblent confirmer que mettre les émotions négatives en mots peut réduire la détresse.

Dans une première expérience, le psychologue Matthew Lieberman et ses collègues ont provoqué un sentiment de rejet social chez des participants jouant à un jeu d'ordinateur. Les images du cerveau montraient que le sentiment de rejet activait une région nommée cortex cingulé. Cette région est également connue pour s'activer en réponse à la douleur physique.

Ils ont aussi observé que les participants dont l'activité dans cette région était moins grande rapportaient moins de détresse et avaient une plus grande activité dans une autre région qui est associée au langage.

Selon Lieberman cela suggérait que mettre les émotions en mot pouvait activer cette région du langage, ce qui en retour pouvait réduire l'activité de la région produisant les émotions négatives.

Pour tester cette hypothèses plus directement, les chercheurs ont demandé à des participants de regarder des photos exprimant des émotions de peur, de colère ou de joie. La moitié du temps, les participants devaient associer les photos exprimant les mêmes émotions. L'autre moitié du temps, ils devaient nommer les émotions exprimées sur les photos.

Quand les participants devaient nommer les émotions, les images du cerveau montraient une moins grande activité dans la région associée à la détresse en même temps qu'une plus grande activité dans la région du langage. Ce qui, encore une fois, semble confirmer que mettre les émotions en mots réduit la détresse.

Voyez également:

FAITES LE TEST : Quels sont les points à améliorer dans votre régulation des émotions?
Qu'est-ce que les pensées automatiques et les schémas cognitifs?
Émotions: Remettre en question les pensées automatiques négatives
Des exercices simples aident à augmenter le bonheur et diminuer la dépression

Publié dans PSYCHOLOGIE REFLEXIONS

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>