STRESS ET MARQUES DANS LE CERVEAU

Publié le par Tropiquirinha

Le stress prolongé laisse des marques durables dans le cerveau

Suite à une exposition prolongée au stress, des modifications cérébrales demeurent présentes plusieurs mois plus tard, selon une étude néerlandaise menée avec des soldats de retour d'Afghanistan, publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Guido van Wingen et ses collègues de l'université de Radboud (Amsterdam) et du Centre de recherche militaire d'Utrecht ont mené cette étude avec 33 soldats déployés en Afghanistan pour une mission de quatre mois, qui n'ont pas été blessés mais ont été soumis au stress prolongé des zones de combat, et 26 soldats qui n'ont pas été exposés à ce stress.

Des images cérébrales ont été prises avant qu'ils ne soient déployés, 6 semaines après leur retour et un an et demi plus tard.

Le stress du combat réduisait l'activité et l'intégrité du mésencéphale, ce qui était lié, selon des tests neuropsychologiques, à une capacité d'attention et de concentration réduite lors de tâches cognitives complexes. Ces changements étaient normalisés après un an et demi ainsi que la capacité de maintenir l'attention. Cependant, une réduction de la connectivité fonctionnelle entre le mésencéphale et le cortex préfrontal (circuit mésofrontal) était toujours présente.

De quelle façon ces perturbations peuvent affecter les gens à long terme n'est pas connu, indiquent les chercheurs. Il est possible, disent-ils, que ces changement les rendent plus vulnérables aux stress futurs, ce qui pourrait affecter leur vie sociale et leur employabilité. Des études sur des animaux ont montré que des déficits des fonctions exécutives pouvaient résulter d'une altération de ce circuit. Les fonctions exécutives concernent la coordination de l'ensemble des fonctions cognitives, par exemple l'organisation des actions vers l'atteinte de buts.

"Ces résultats suggèrent que le cerveau humain peut largement récupérer des effets délétères du stress, supportant l'idée d'une plasticité cérébrale adaptative au stress prolongé", note le chercheur. "Cependant, ils montrent aussi des changements durables dans le circuit mésofrontal qui pourraient accroître la vulnérabilité à de nouveaux stress et conduire à des déficits cognitifs prolongés."

Plus du quart des soldats qui reviennent d'Irak et d'Afghanistan ont des difficultés de fonctionnement social et opérationnel, notent les chercheurs.

Publié dans PSYCHOLOGIE REFLEXIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article