PSYCHOMEDIA FLEXIBILITE PSYCHOLOGIQUE ET CONTROLE SUR SON POIDS

Publié le par Tropiquirinha

L'influence de la flexibilité psychologique sur le contrôle du poids

Des recherches ont suggéré que la motivation et les facteurs contextuels pourraient influencer le contrôle du poids autant que les stratégies utilisées elles-mêmes.

Pour explorer cette question, une étude, publiée dans le Journal of Obesity & Weight Loss Therapy, a porté sur l'influence de la motivation, de la perception des facteurs qui affectent le poids et de la flexibilité psychologique sur le maintien du poids après une perte. Les chercheurs souhaitaient particulièrement vérifier comment la flexibilité psychologique est liée à la perception des facteurs qui influencent le poids et à la motivation.

Sairanen Essi Elina de l'Université de Jyväskylä (Finlande) et ses collègues ont mené cette étude avec 49 personnes qui ont suivi un programme de perte de poids consistant en une phase intensive d'un régime réduit en calories pendant 7 semaines suivie d'une phase de maintien de la perte de 24 semaines.

Les participants ont répondu à des questionnaires sur leurs motivations et sur leur perception des facteurs qui influençaient leur contrôle du poids. Ils ont aussi répondu au Questionnaire sur l'acceptation et l'action (AAQ-II) qui mesure la flexibilité psychologique. Cette dernière a été définie comme la capacité d'être conscient de ses émotions et de ses pensées tout en pouvant s'en distancier au besoin afin de pouvoir porter attention à la situation actuelle et consacrer ses ressources (énergie…) à agir selon ses objectifs et ses valeurs. (1)

Les résultats montrent notamment que:

  • Comparativement aux personnes qui ont repris du poids, celles qui l'ont maintenu étaient plus susceptibles d'utiliser des stratégies telles qu'augmenter au besoin l'exercice et surveiller mieux leur alimentation. Elles étaient moins susceptibles d'avoir pour stratégie de rechercher de l'aide ou du support.

  • Toutes les personnes qui n'ont pas mentionné l'exercice comme facteur influençant le maintien du poids en ont repris.

  • Celles qui ont gagné le plus de poids étaient plus susceptibles d'avoir mentionné le stress comme facteur affectant négativement le contrôle de leur poids. (Alors que certaines études ont montré que ce ne serait pas l'absence de stress mais la capacité de composer avec ce dernier qui serait associée avec une maintenance de poids réussie, mentionnent les auteurs.)

  • Plus la flexibilité psychologique était grande, plus les participants étaient prêts à changer leur situation et leur rythme de vie. Ils étaient également plus motivés à améliorer leur santé (alors que pour près de la moitié des participants, les relations sociales et intimes représentaient une motivation plus importante). Plus la flexibilité était grande, plus le contrôle de soi était considéré comme un facteur important (ceux qui avaient la plus grande flexibilité estimaient qu'il s'agissait du facteur le plus déterminant).

Ces résultats suggèrent, estiment les chercheurs, que les personnes qui ont une meilleure flexibilité psychologique peuvent se sentir davantage capables d'affecter leur poids de façon autonome. Des chercheurs ont appelé "locus de contrôle interne du poids" cette croyance que son propre comportement et ses propres attributs déterminent son poids. La croyance que ce dernier est déterminé par des facteurs en dehors de son contrôle tels que la chance, les gènes, le destin ou le support social a été appelé locus de contrôle externe.

Cette étude et d'autres supportent la notion que les personnes flexibles psychologiquement sont moins perturbées émotivement et disposent de plus grandes ressources attentionnelles pour remarquer et répondre efficacement aux opportunités (liées à leurs buts) qui sont présentes dans la situation actuelle.

La flexibilité psychologique aiderait à être plus autonome et à améliorer le locus de contrôle interne.

Voyez également:

Publié dans PSYCHOLOGIE REFLEXIONS

Commenter cet article