PSYCHOMEDIA COLERE CE QUE CA PEUT PROVOQUER

Publié le par Tropiquirinha

La colère liée à des crises cardiaques, AVC et arythmies selon une nouvelle grande étude

Le risque de crise cardiaque (infarctus) ou d'accident vasculaire cérébral (AVC) est plus élevé dans les deux heures qui suivent un accès de colère, selon une étude publiée dans l'European Heart Journal.

Elizabeth Mostofsky et Murray Mittleman de l'Université Harvard ont, avec leurs collègues, réalisé une revue systématique des études publiées sur le sujet et une méta-analyse (mise en commun des données pour analyse) de 9 d'entre elles qui impliquaient notamment 4546 cas d'infarctus du myocarde, 462 cas de syndrome coronarien aigu, 590 cas d'AVC ischémique, 215 cas d'AVC hémorragique, et 306 cas d'arythmie.

Dans les 2 heures qui suivent un accès de colère, les risques d'infarctus ou de syndrome coronarien aigu sont multiplié par près de 5 (4.74%), le risque d'AVC par plus de 3 (3.62%) et le risque d'arythmie ventriculaire est également accru.

Le risque augmente si les gens ont des facteurs de risque existants tels que des antécédents de problèmes cardio-vasculaires ou le diabète, et s'ils se mettent souvent en colère. Le risque lié à une seule crise de colère est faible mais il s'accumule avec la fréquence des crises.

Parmi les personnes vivant 5 épisodes de colère par jour et à risque cardiaque élevé, environ 657 crises cardiaques supplémentaires par année dans une population 10 000 personnes sont attribuables à la colère. Chez les personnes à faible risque, ce nombre est de 158.

Il y a plusieurs mécanismes potentiels pour expliquer ce risque accru, notent les chercheurs: le stress psychologique augmente le rythme cardiaque, la pression artérielle et la résistance vasculaire. Les changements dans le flux sanguin peuvent causer des caillots sanguins et stimuler des réponses inflammatoires.

Les chercheurs étudient actuellement si la colère juste avant une crise cardiaque a un effet sur le pronostic à long terme.

Publié dans PSYCHOLOGIE REFLEXIONS

Commenter cet article