LE REGIME OKINAWA

Publié le par Tropiquirinha

Sur l’île d’Okinawa, les centenaires ont la belle vie. En effet, c’est là-bas qu’on trouve la plus forte concentration d’hommes et de femmes dépassant les 100 printemps et en bonne santé ! Leur secret ? Une alimentation saine et une activité physique régulière. L’idée est de privilégier les aliments peu caloriques mais riches en vitamines et en minéraux. On stoppe dès que l’on se sent rassasié (on laisse 20% de petite faim restante). Découvrez le régime Okinawa pour démarrer cette rentrée en pleine forme !

Le soja

C’est la base de la cuisine japonaise et notamment à Okinawa. Bon pour le cœur, le soja peut être consommé sous plusieurs formes : en sauce (claire ou plus corsée, obtenue grâce à la fermentation des fèves de soja), en lait, sous forme de tofu (idéal en remplacement de la viande car excellent pourvoyeur de protéines), du miso (pâte fermentée non grasse de soja et de riz ou d’orge) que l’on utilise dans les bouillons.

Le shiitaké

Second champignon le plus consommé dans le monde, il prévient le vieillissement et aurait une action anti-cancéreuse. Avec ses vertus anti-bactériennes, anti-virales et ses propriétés anti-oxydantes, le shiitaké est un excellent « alicament » qui préviendrait également les maladies cardio-vasculaires.

La patate douce

Plus riche en amidon que la pomme de terre, la patate douce est également une excellente source de vitamine A, B6 et E, manganèse cuivre et potassium. Sa chair et surtout la pelure sont un concentré d’antioxydants (anthocyanines) et particulièrement chez les patates douces à chair foncée. On troque les frites (trop grasses) pour une purée de patates douces !

Les poissons gras

Une carence en oméga 3 influe sur les fonctions intellectuelles. Pour équilibrer cet apport en oméga 3, on déguste du poisson gras (sardine, maquereau, anchois, hareng, truite…) cuit ou cru en sashimis ou en sushis.

Les algues

Largement consommées à Okinawa, les algues contiennent des sels minéraux, oligoéléments et fibres et sont une bonne alternative aux produits laitiers. On y trouve aussi des antioxydants, dont la fucoxanthine (pigment caroténoïde) et la phycoérythrine, qui n'existent nulle part ailleurs. Parmi les variétés d’algues les plus connues, on trouve l’algue nori (la plus courante également appelée « laitue pourpre ») surtout pour les sushis, l’algue wakame (comme le nori, on peut également la consommer crue) et l’algue kombu (à consommer de préférence cuite).

Le goya

On peut dire que le goya est à Okinawa ce que la crème est à la Normandie ou le beurre salé à la Bretagne : indispensable ! Pour les palais occidentaux, la saveur du goya peut surprendre tant elle est amère ! Les Okinawans l’adoucissent avec des œufs battus par exemple ou mélangent le goya avec du tofu. Mais vous pouvez toujours remplacer le goya par du concombre pour commencer.

L’ail

Anti-bactérien, l’ail fluidifie le sang et serait bénéfique contre l’hypertension et le cholestérol. Selon de nombreuses études, son pouvoir soufré jouerait un rôle anti cancérigène. Mais mieux vaut le manger cru pour conserver toutes ses propriétés (plus ou moins altérées à la cuisson).

La carotte

La carotte est un excellent « anti-âge », source de béta-carotène et de fibres… on en profite pour la déguster en jus ! Mais les Okinawans consomment également l’hechima (sorte de courgette), l’aubergine

Le thé vert

On évite les boissons chocolatées, les jus de fruits industriels, les sodas… et on se rue sur le thé vert ! Ce thé non fermenté, plus amer que le thé noir est bourré d’anti-oxydants, de vitamines, de polyphénols…

L’ananas

Pour ne citer qu’un fruit mais sur l’île d’Okinawa, l’important c’est qu’ils soient frais. L’ananas permettrait entre autres un bon fonctionnement de la glande thyroïde grâce à son apport en iode. Avec son action antianémique, la consommation d’ananas préviendrait les crises de goutte, d’arthrite et les calculs rénaux.

Publié dans CONSOMMATION

Commenter cet article