CE QUE DIT UN BACKPACKER

Publié le par Tropiquirinha

Ce que dit un backpacker et ce que cela signifie vraiment

Un backpacker est ce qu’on appelle un routard, un globe-trotter ou un bourlingueur. En général, un backpacker est une personne qui parcourt le monde de façon autonome, aventurière et à peu de frais. (source)

Les quelques premières fois que vous rencontrerez un backpacker, il vous étonnera probablement par son expertise, ses histoires et ses expériences. Mais après en avoir rencontré des centaines de fois, vous saurez qu’ils ont des significations cachées dans tout ce qu’ils disent.

Si vous n’avez pas encore saisi de quoi nous parlons ici, voici un dictionnaire de base qui traduit du « backpacker » au français.

Ce qu’ils disent : « Je n’ai pas faim, j’ai déjeuné tard. »
Ce qu’ils veulent dire : « Je garde le peu d’argent qu’il me reste pour le bar ce soir. »

Les voyageurs ont toujours faim. La seule fois où un voyageur n’a pas faim, c’est quand il veut boire quelques pintes avec la monnaie qu’il lui reste. L’alcool a des calories, non ?

Ce qu’ils disent : « Je ne me rappelle plus dans combien de pays je suis allé. »
Ce qu’ils veulent dire : « Je suis allé dans moins de pays que vous. »

Il s’agit d’une conversation banale, mais tout le monde sait à peu près combien de pays il a visité. Les seules personnes qui prétendent avoir oublié sont celles qui savent que leur nombre est petit.

Ce qu’ils disent : « Avez-vous le wifi gratuit ? »
Ce qu’ils veulent dire : « Puis-je manger / dormir ici ce soir ? »

Il y a cinq besoins fondamentaux pour tous les backpackers : la nourriture, le logement, l’eau, le sexe et le wifi. Si ils peuvent avoir le maximum d’entre eux en même temps, c’est mieux…

Ce qu’ils disent : « Je vais juste là où le vent me mène. »
Ce qu’ils veulent dire : « Puis-je t’accompagner quel que soit l’endroit où tu ailles ? »

Après avoir fait un voyage solo pendant assez longtemps, il peut être incroyablement « rafraîchissant » de suivre temporairement un groupe. De plus, c’est moins cher que de voyager seul, et plus sympa.

Ce qu’ils disent : « Je suis naturellement doué(e) avec les langues. »
Ce qu’ils veulent dire : « J’ai l’application Google Translate sur mon iPhone. »

Personne n’apprend le turc après une promenade d’une journée à Istanbul. Üzgünüm, dostum. Il y a une appli pour ça.

Ce qu’ils disent : « On garde le contact ! »
Ce qu’ils veulent dire : « Je veux dormir chez toi la prochaine fois que je visite ton pays ! »

Vous vous êtes bien entendu avec un backpacker lors d’une visite de Rome, mais c’est certainement parce que vous avez une maison de vacances à Cannes qu’il veut vous revoir…

Ce qu’ils disent : « Je n’achète jamais de souvenirs. »
Ce qu’ils veulent dire : « Je ne sais pas faire mon sac. »

Personne ne résiste à ces verres à shooter de vodka. Les seules personnes qui n’en achètent pas (ça ou autre chose) sont celles qui ont leur sac plein à craquer.

Ce qu’ils disent : « Je cherche à avoir une véritable expérience culturelle. »
Ce qu’ils veulent dire : « Je veux une photo de moi embrassant des indigènes. »

Tout le monde cherche à avoir une réelle expérience culturelle d’un pays ou d’une ville, mais il est difficile de cerner ce que c’est vraiment. La seule façon de se plonger dans la culture locale, c’est d’apprendre la langue, louer un appartement, et payer des impôts au gouvernement local. Peu de gens semblent intéressés faire ça, mais beaucoup disent qu’ils l’ont fait.

Ce qu’ils disent : « Je suis un rédacteur voyage indépendant. »
Ce qu’ils veulent dire : « Suivez mon blog, merci ! »

Si vous ne suivez pas son blog, il vous en parlera jusqu’à vous agacer.

Ce qu’ils disent : « Je suis un voyageur, pas un touriste. »
Ce qu’ils veulent dire : « Je suis vraiment un touriste. »

Nous détestons tous les touristes grandes gueules qui se pressent sur les principaux sites et ignorent ouvertement les coutumes locales. Mais un étrange élitisme a émergé parmi ceux qui prétendent ne pas être des touristes. Désolé, mais si vous ne pouvez pas prétendre à la nationalité et n’habitez pas ici (tel un expatrié), vous ne vous différenciez pas vraiment des autres touristes.

Ce qu’ils disent : « Je suis un citoyen du monde. »
Ce qu’ils veulent dire : « Je suis un citoyen des États-Unis d’Amérique. »

On rencontre souvent des « citoyens du monde » qui sont nés et ont grandi en Amérique. On sait que les américains reçoivent beaucoup de critiques des autres voyageurs étrangers. Mais sérieusement, avec une casquette vissée sur la tête, ils ne dupent personne.

Ce qu’ils disent : « Est-ce que la chambre comprend le petit déjeuner offert ? »
Ce qu’ils veulent dire : « Je vais fourrer un maximum de nourriture dans mon sac tous les matins jusqu’à mon départ. »

Il n’y a pas meilleure chose qu’un petit déjeuner gratuit. Mais il n’y a pas mieux qu’un petit déjeuner continental pour faire des sandwichs pour la journée !

Publié dans VOYAGES

Commenter cet article