CARNET DE BORD BOLIVIE 2

Publié le par ALIZEE

 

  Voici la suite du récit de Philippe et des ses péligrinations à l'autre bout de la planête. 

Salut a toutes et a tous,

nous avons quitte La Paz, pour un trajet donne pour 16h, de nuit, ds un bus assez clean, pour rejoindre Sucre, plus au sud.

12h apres, le bus s'arrete, et du coup, emergeant de mon sommeil (et oui, quand on est fatigue), j'ai cru que nous etions ds la ville d'avant et je ne suis pas descendu du bus, jusqu'a ce que le chauffeur m'explique gentiment qu'il fallait emerger et degager.

12h pour faire un trajet de 14 a 16h, il a envoyer grave le bougre.

M'en fout, moi j'ai rien vu. De toute maniere, on remet toujours un peu sa vie entre les mains du chauffeur.

Sucre, a 7h du mat, c calme, et la premiere impression est chouette apres la furie de La Paz, ville bruillante et agitee.

Sucre est une petite ville coloniale a 2800m (c bon de se rapprocher de la mer) , agreable, proprette, bourgeoise. On sent de suite qu'il y a un niveau de vie pour une certaine classe de la population (pas pour tout le monde bien sur) bien au dessus de ce qu'on a rencontre pour l'instant.

C bien entretenu, peint en blanc, les gens sont plus occidentalises, il y a beaucoup d'universites donc de jeunes.

Du coup on flane, on visite surtout des eglises, coloniales comme il y a ds toute l'amerique du sud du fait des espagnols, souvent magnifiques, parfois plus.

Mais c un peu clean pour nous, et voila vite fait de rechercher plus d'authenticite, alors on file au marche, et la, on decouvre un endroit extraordinaire de couleurs, de senteurs, et de photos a prendre.

On mange des fruits, des sucreries, du chorizo ds des gargottes ou une fois de plus, nous sommes les seuls occidentaux. On boit des jus de fruits frais, moi je crois que ce coup la, je vais pas maigrir.

Les prix sont tres bas des qu'on mange local, moins d'1 euro le repas, 0.30 cts la boisson ...................

Le lendemain, on tombe en pleine messe a la Cathedrale, et les messes en amerique du sud, ca pete ... et puis me rapprocher du bon Dieu, ca me fera pas de mal n'est ce pas ?

Mais tout ca, c trop mignon alors on decide de partir pour Potosi, 3h de bus, une route magnifique de plus, des hauts plateaux et le coucher du soleil ds le bus.

Il fait nuit a notre arrivee, et le premier choix d'hotel est pas le bon, le quartier est lugubre, alors on galere un peu pour trouver un endroit ou dormir.

Finalement, on finit a l'hostal Compania de Jesus, ancien couvent de Carmelites reconverti, jfais des efforts qd meme ...

Potosi est la ville de plus de 100 000 habitants la plus haute du monde, a 4100 m, donc Aspro Coca indispensable.

On va manger le premier soir ds un petit restau tenu par un patron super sympa qui s'eclate a me parler de foot et de politique, tout en espagnol, et moi je baragouine a qui mieux mieux, tout en mangeant mon bife de llama.

Le lendemain, visite de 2 musees splendides, vraiment magnifiques, et ballade ds la ville. Ici, c beaucoup plus type, a notre gout, la population est beaucoup plus melangee. La ville est a flanc de montagne, et donc on monte et on descend tout le temps, dur dur pour les poumons. Je souffle comme un vieux lama mais j'aime bien cette ville.

Soiree de debauche au restau avec 2 bieres 750ml ds 1, et un Capiraihna ds un autre, au son d'un groupe de musiciens boliviens qui assurent.

Et comme a 4100m on est plus pres de Dieu, l'alcool est plus pres du cerveau...

De toute facon, il caille ds la chambre, alors .....................

Aujourd'hui, on est parti visiter les mines du Cerro Rico a 4300m, car Potosi a longtemps ete une des capitales mondiales de l'extraction d'argent, la legende dit qu'avec l'argent extrait ici, on aurait pu construire un pont de Potosi jusqu'a l'espagne, ou de toute facon l'argent atterissait qd meme. 8 millions d'esclaves indiens et noirs morts, pour enrichir la couronne espagnole.

On est passe par le marche des mineurs, ou on trouve de la coca, de l'alcool a 96 qu'ils boivent, de la dynamite en vente libre ds la rue, j'en ai meme achete en cadeau pour les mineurs.

Apres une petite demonstration d'explosion par notre guide (j'ai meme eu le baton de dynamite allume ds la main, comme un vulgaire petard, meme pas peur, bien que ...), on s'est engouffre dans un boyau, descendu a la lueur de la frontale par une echelle, suivi les rails des wagonnets, marche ds la boue, bu de l'alcool a 96 devant la divinite de la mine, donne nos cadeaux aux mineurs qui sont partis en nous disant buenas noches alors qu'il est 11h du mat. Mais pour eux il fait noir.

A la sortie, c une fete pour benir les mines, surtout pour appeller la chance de trouver un bon filon, et du coup, c un sale jour pour les lamas.

Nous assisterons a la triste fin de l'un d'eux, dont le sang tapissera l'entree de la mine.

Ce jour la, le cochon qui passait par la avait l'air relax .........................

On est redescendu et on a achete notre billet pour Uyuni, decouvert encore des quartiers supers populaires, pris le collectivo pour remonter au centre, decouvert encore des endroits, flane, mange ............

Cette ville est extraordinaire et je regrette de partir si vite, j'ai encore tellement de choses a voir. Mais le Salar et le Sud Lipez nous attendent.

Demain, on part pour Uyuni, et normalement, apres demain on en prend plein les yeux et on se les caille aussi.

Merci a ceux qui ont ete au bout de ce long message (tape avec 1 doigt) mais pour une fois que j'ai pas un ordi pourri.

Biz a toutes et a tous, merci pour vos reponses, j'aime bien l'idee de vous procurer un peu d'evasion, on en a tous besoin.

Au fait, pour ceux qui se preoccupent de la cheville de ma cherie, elle boite toujours, a un peu mal, mais ca l'handicape moins qu'on aurait pu croire, et puis c une petite femme courageuse et je m'occupe bien d'elle.

A plus, Phil et Chantal

 

Publié dans VOYAGES

Commenter cet article