LE COTE OBSCUR DU SOJA

Publié le par Tropiquirinha

Il sera l’un des plus grands scandales à venir! La sauce soja (soyu/tamari), le tempeh et le miso sont du soja fermenté, donc pas de problème. En fait, le soja contient un poison pour tout simplement exterminer lentement les espèces qui en mangent, notamment en déréglant profondément les systèmes hormonal, sexuels et immunitaires…La fermentation rend ce poison inoffensif. Par contre, le tofu, le soja cru et le lait de soja sont des vrais poisons.

 

Sachez qu’ils enlèvent la volonté, dérèglent profondément le système hormonal, désancrent les personnes, fatiguent le système immunitaire. Vous rencontrerez beaucoup d’intégristes nouvel âge qui mangent du soja ou du tofu presque tous les jours qui sont complètement déconnectés de la réalité. C’est du genre: « Tout est super et si les enfants meurent de faim, c’est que c’est bon pour leur karma! ». D’ailleurs, derrière le grand business du soja, on retrouve notre ami Georges B. et des firmes comme Monsanto et Pepsi-Cola, bref tous les amis qui se soucient tellement de notre épanouissement, de notre santé et de celle de nos enfants.

Croyez-moi sur parole  au moins sur un point: pitié, pas de lait de soja aux enfants! Sachez aussi que les protéines du soja ne sont pas assimilables pour notre organisme et que le fait de manger du soja soit bon pour les femmes qui ont la ménopause est complètement faux!

La “Food and Drug Administration” (sorte de ministère de l’alimentation et des médicaments aux USA) n’a jamais accepté de donner au soja la mention “GRAS” (Generally Recognized As Safe) (en français: généralement reconnu comme sans danger). Le très sérieux magazine médical britannique “The Lancet” a fait état en 1997 d’une étude qui prouverait que le seul fait de boire deux verres de lait de soja par jour était suffisant pour perturber les cycles menstruels des femmes. De plus, cette même étude prouverait que, chez les enfants testés avec ces deux mêmes verres de lait de soja, la concentration d’isoflavones serait de 13.000 à 22.000 fois plus importante que la concentration normale d’oestrogènes. Les isoflavones peuvent empêcher l’ovulation, favoriser l’apparition de cellules cancéreuses et l’hypothyroïdie dont les premiers symptômes peuvent être la léthargie,la constipation, la prise de poids et la fatigue.

Selon le Dr Mary G. Enig (Présidente de l’association des nutritionnistes du Maryland) “un bébé nourri avec du lait maternisé à base de soja reçoit l’équivalent en phyto-oestrogènes de ce que l’on recevrait si on ingurgitait 5 pilules contraceptives par jour! Cela entraîne une puberté précoce chez les filles et une maturation sexuelle retardée chez les garçons”. Certains moines Bouddhistes mangent du tofu pour faire baisser leur libido. Les autorités suisses de la santé recommandent un usage très limité du soja pour les bébés.

En Angleterre et en Australie, les agences publiques pour la santé demandent aux parents d’avoir l’avis d’un médecin avant de donner du soja à leurs enfants. Enfin, le ministère de la santé de la Nouvelle Zélande avertit que: “Les produits au soja ne devraient être utilisés que sous la supervision d’un professionnel de la santé … Les cliniciens qui traitent les enfants avec des produits à base de soja pour des raisons médicales devraient être conscients du potentiel d’interaction entre les produits pour enfants à base de soja et le fonctionnement de la thyroïde.”

Le fait que le soja soit une bonne source de protéines est tout simplement faux car il contient des inhibiteurs de trypsine qui entravent la bonne digestion des protéines et fatiguent le pancréas.

Les conséquences les plus impressionnantes de manger du soja non-fermenté touchent le cerveau. Il semble que les personnes mangeant, ne fût-ce que deux fois par semaine, une portion normale de tofu ont un rétrécissement accéléré de leur cerveau accompagné d’une diminution des fonctions cognitives. En clair, leur cerveau fonctionne moins bien. Les mangeurs de tofu et de soja cru font moins bien les liens entre les choses. Déjà en 1986, des études auraient prouvé que l’ingestion de soja peut mener à des sérieux problèmes neurologiques et entraîner des sérieux problèmes émotionnels allant de la mauvaise humeur jusqu’à la dépression chronique ou permanente.

Et pour terminer, sachez que les cultures massives de soja dans le monde ont des effets catastrophiques sur les paysans des pays du tiers monde. Ces derniers sont soumis à des régimes de rendements inhumains et les éventuels bénéfices que pourrait leur apporter le traitement du soja leur échappent car il est pris en main par les multinationales.

« On donnait du soja aux pilotes de bombardier, afin d’être sûr qu’ils soient bien insensibles, désancrés de la réalité.” Tiré des mémoires de Schmidt. Alimentations Dynamiques. Ed. Tryades.

Claude Tracks

Publié dans CONSOMMATION, SCIENCE

Commenter cet article